Fifty shades of Grey, youporn et les autres…

Il était une fois dans une cour de récréation, des enfants de 8 ans qui parlaient entre eux. L’un d’eux explique aux autres comment occuper les vacances scolaires de Toussaint:

– Eh bah moi, j’ai le droit de jouer  à Pokémon go avec le téléphone de mon père et même que je peux aller sur internet avec !

– Et tu fais quoi sur internet ? Demande une petite fille à l’air sage.

– Trop bien: tu tapes les mots sexe, penis , foufoune et tu trouves plein de films de grands!

– Et tu les regardes?

– Ben oui.

La cloche sonne et la petite fille rentre perplexe en classe en se demandant à quoi ça ressemble un film de grands avec des foufounes et tout et tout.

Vous devinez la suite, la petite fille profite que tout le monde soit occupé, va sur internet. Car soyons francs, nos ordinateurs et tablettes sont perpétuellement allumés et pas toujours verrouillés, surtout les ordinateurs …et le contrôle parental rend toute E-recherche insupportable. Bien évidemment elle trouve rapidement des films pour grands etc… et les regarde. Elle dira plus tard à sa maman combien c’était moche et répugnant et est choquée à l’idée que ses parents puissent avoir une vie amoureuse , en se disant que cela doit ressembler à ce qu’elle a vu, car les enfants imaginent que tout ce que dit la télé ou internet est vrai… et pas qu’eux d’ailleurs …beaucoup d’adultes aussi.

Cette histoire est une histoire vraie, c’est arrivé dans la classe d’un des mes enfants qui par bonheur était trop occupé à jouer aux cartes Pokémon pour se soucier de ce qui se passait dans ce coin de cour de récréation (viva El Pikachu!).

Alors … alors comment va se construire l’identité de nos enfants? Et a fortiori leur identité sexuelle, et si cela fait mal aux oreilles de s’entendre dire que ses enfants ont une identité sexuelle (donc potentiellement une vie sexuelle dans moins de 10 ans, la majorité sexuelle étant à 15 ans et six mois en France), cela m’effraie plus de me demander comment ils vont la construire. Avec du porno à gogo made in @youporn où les femmes ne sont là que pour le bon plaisir brutal des hommes (et sont priées de sourire et de trouver cela fantastique)? Avec une littérature de gare pas seulement bien écrite (un calvaire, la lecture de fifty shade of grey , je n’ai même pas fini le premier tome, c’est dire) portée aux nues par des maisons d’édition et des critiques (à croire qu’ils ont la sensibilité littéraire de Dodo la Saumure) sans parler de lecteurs/trices qui crient au génie littéraire. Je rappelle le pitch aux heureux qui ont loupé ce Titanic de la littérature: l’héroïne, jolie, intelligente …et vierge à 23 ans, rencontre un ténébreux milliardaire aux instincts SM qui va s’amouracher d’elle (et vice et versa)…je vous passe le reste en style collection Harlequin de l’érotico-SM. Je peux comprendre que l’on soit tenté de lire ce livre, je l’ai bien tenté moi même (sans succès)…de là à dire que c’est un chef d’oeuvre littéraire… il y a un pas que je ne franchirai pas.

Alors oui évidemment qu’il faut en parler avec nos enfants… de la notion d’amour, de respect de l’autre, de sentiment, de parité,  les mettre en garde contre ce genre de films qui ne sont que des images fantasmées de ce qui ne devrait en aucun cas être la réalité de l’acte sexuel. Sauf que je n’avais absolument pas prévu de devoir en parler avant le collège!

Je pense que le féminisme a un sacré combat à mener et que ce n’est pas prêt de s’arrêter, contre cela et bien d’autres choses. Parité dites vous?

Voilà le premier billet d’humeur du blog… vous comprendrez vu le sujet que l’iconographie soit dépouillée…

Une autre fois je vous parlerai de certains de mes étudiant(e)s (hélas ils sont de plus en plus nombreux) qui ne savent plus « draguer » autrement qu’à l’aide de Tinder et consorts; proposer un café semble être devenu quelque chose d’obsolète, ou d’insurmontable, je n’ai pas encore tranché. On est à l’ère de l’uber communication, j’ai l’impression que l’on a de plus en plus de difficultés à communiquer.

img_0081

Quelque part au Connemara…